Le jour où j’ai dû partager mon armoire

Tête dans les cartons, poussière dans les cheveux, et teint livide, déménager à deux, c’est déjà un vrai challenge pour le couple. Etat de délabrement interne (« on arrivera jamais à tout faire rentrer dans 60m2… ») et de décrépitude externe (« comment peut-il me trouver encore jolie, accroupie devant les WC puant l’ajax à plein nez ? »), on tente de se rassurer. On se répète « Nouvelle ville pour une nouvelle vie, nouveaux (petits) placards pour un nouveau départ ! » jusqu’ à y croire !

Plus qu’un événement, s’installer dans un nouvel appartement, à nos vieux âges, est un véritable CHANTIER. Il fut un temps, (quand j’arrivais encore à faire pitié), Papa accourait pour se transformer en McGyver ou Déménageur du Coeur, et ainsi faciliter mon changement de vie (quasi annuel)… Mais aujourd’hui, du haut de mes 1,56m, et de mes 27 années approchant, je me débrouille, comme une grande… parce que je ne suis plus une pauvre petite chose seule. (Complexe d’Electre inversé ? Ou ras le bol de l’instabilité de sa fille chérie ? Papa n’a pas remis son costume de super héros pour cette installation en duo.)

On « emménage » à deux, on se démerde à deux, donc. Pendant qu’on scotche et dé-scotche les cartons, on se pose mille questions :

  • Comment vais je pouvoir faire rentrer tous mes vêtements dans UNE moitié d’armoire ? (Oui c’est existentiel : ça fait partie de la notion « d’espace personnel »)
  • Si je donne mon accord pour un abonnement Canal, je condamne à mort mon couple chaque soir de match ?
  • Est-ce que je vais devoir faire un repas à part chaque fois que je veux manger mes légumes vapeur ?

Mais la pire de toute, celle qui fait mal au ventre, qui nous torture, toutes, de nos tripes jusqu’aux pointes (fourchues) de nos cheveux : Va-t-il me supporter au quotidien ? Les jours où je suis de mauvaise humeur, ceux où il m’énerve quoiqu’il fasse et dise, ceux où c’est pas la bonne semaine du mois, ceux où j’ai envie qu’on me « foute la paix, merde! ». On tremble, mais on se ressaisit aussi.

On se dit que c’est une affaire suivre, qu’il faut se laisser le temps de s’apprivoiser, sans oublier chacun, sa liberté.

Nul doute, en tous cas, que cette aventure fera l’objet de nombreux récits à venir…

Noisette_Espiegles

Posts created 73

4 commentaires pour “Le jour où j’ai dû partager mon armoire

  1. J’adore! La vie à deux ce n’est pas toujours rose mais qu’est ce que c’est bien d’avoir quelqu’un sur qui compter, de pouvoir partager ses journées quand on rentre le soir, de partager les tâches ménagères parce que c’est du 50-50 (on n’est pas là pour faire la conchita non mais, on travaille autant que vous messieurs!)…
    A bientôt pour des beaux récits sur cette nouvelle aventure!

  2. Je me retiens de ne pas manger toutes les fraises et j’attends de faire des crêpes pour goûter la crème de marron 😀
    Merci pour le colis! Bizous!

  3. Hihi! J’ai bien aimé ce récit, très drôle! Si vous prenez Canal signez une convention ou un pacte de non agression…! Je souffre en ce moment avec les championnats de hand…
    Très contente pour vous deux et j’ai hâte de voir votre chez vous!!
    Gros bisous et à bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.